Rencontre avec ma colère

strength-1148029_640

 

Dans ma famille, la colère a toujours été présente,  de façon violente même, cette colère me faisant mal, j’en ai donc  conclu que c’était « mal », mal de la ressentir, non autorisé… Attention, je ne mets aucune responsabilité sur ma famille, je parle là de mes interprétations. Je l’ai cru pendant très longtemps. Puis, devenue adulte, j’ai entamé le chemin pour grandir intérieurement. J’ai découvert ohhh stupeur qu’elle n’était pas mauvaise, qu’elle était utile et qu’elle avait même le droit d’exister dit donc !

Alors  je l’ai rencontrée plus en conscience, acceptée, puis j’ai réussi à l’accueillir, même si certaines parties de moi étaient encore en lutte, je les ai accueillies aussi, cela a fait de beaux moments  de partages intérieurs.

Mais elle était toujours là et parfois je ne comprenais pas pourquoi. J’ai alors arrêté de comprendre pour la ressentir pleinement.

En ce moment, elle est très présente dans ma vie : beaucoup de colère envers les autres. En l’écoutant j’ai entendu son message : oui j’étais en colère envers les autres mais la plus grande colère était envers moi-même ! « Pourquoi ai-je choisi ça, pourquoi ai-je choisi cette incarnation avec toutes ces expériences, pourquoi ai-je choisi de porter cette maladie qui me détruit et pourquoi ai-je choisi cette vie : me retrouver toute seule à « élever » mes enfants au moment où je choisis de lancer mon activité ! ». Certes j’en ai fait le choix conscient mais j’aurais aimé vivre autre chose !

Puis en continuant plus en profondeur, j’ai découvert que  je ne m’autorisais pas à ressentir de la colère, ressentir de la colère envers les autres, envers même moi-même encore moins ! Ben oui la colère peut être destructrice, violente, elle est mal… Toujours cette croyance. Et puis tu l’as choisi ta vie, pourquoi tu es en colère hein ? Ensuite, je me suis rendue compte que je confondais être et ressentir. Je la rejetais aussi car je n’arrivais pas à m’identifier à elle, normal, je ne suis pas la colère, c’est Juste une émotion. Et après tout, est-ce qu’elle m’appartient vraiment ? Ou est-ce encore le reflet d’une mémoire d’un ancêtre  ou d’une autre vie.

Et qu’est ce que cela ferait si je m’autorisais pleinement, en conscience, à ressentir de la colère envers les autres, et surtout envers moi-même, non pas parce que quelqu’un a dit un jour que la colère n’était pas mauvaise mais parce que j’en ai envie.  J’ai « en-vie » de m’autoriser à ressentir cette colère envers moi-même ! Est-ce vraiment « mal » de ressentir cela envers moi ? NON, c’est encore une croyance. Et puis pourquoi ne pas la ressentir quand les autres font quelque chose avec lequel tu n’es pas en accord. C’est aussi leur remettre leur responsabilité. Quand je me suis autorisée à la vivre pleinement, à lui laisser sa place intérieure alors je me suis sentie apaisée. Au final, mes croyances, qu’elles soient d’origine judéo-chrétienne ou imprégnées d’une société spirituelle dans laquelle je ne me re-connais plus, ont encore mené la danse ;-).

Je suis allée la rencontrer, au plus profond de moi, dans mon intérieur, par visualisation : dans cette pièce noire, elle était là, elle avait l’apparence de Méduse… Mon 1er réflexe a été de la chasser ou essayer de la transformer. Puis j’ai senti que cela n’était pas juste, ni pour elle, ni pour moi, cette partie de moi souffrait d’être comme cela ! Alors je l’ai prise dans mes bras, je lui ai dit que je l’aimais. Et le miracle a eu lieu… Elle s’est transformé toute seule, la pièce s’est illuminée.

Et je continue à lui envoyer tous les jours de l’amour, à cette colère qui m’accompagne. Aujourd’hui je fais ce choix de m’aimer maintenant, d’aimer ma vie, d’aimer ma maladie et d’aimer ces parties de moi qui sont en résistances. Et j’ai senti un sentiment de légitimité de ressentir de la colère. Enfin je l’accepte.

J’ai  décidé de créer avec elle, de la faire prendre corps, de le faire chanter, danser même. J’ai également décidé de la mettre dans mes déesses intérieures, de monter sa vibration, d’arrêter de croire que la colère a une vibration basse et même, que l’on peut créer de magnifique chose avec cette énergie si on la laisse exister en la canalisant.

 

dmeyer 1

 

 

Message de ma colère.

« Pendant des années je me suis sentie étouffée, enfermée, tu ne me donnais pas le droit, tu n’entendais pas mon message : aime toi encore plus. Mais non tu ne m’entendais pas, tu me rejetais. Alors je bouillonnais puis j’explosais ! Regarde je suis là !!! Pourquoi te laisses-tu  si peu aimer. Pourquoi acceptes-tu qu’on te manque de respect à ce point ! »

Au final, est ce que ma colère n’est pas là pour me montrer que je ne suis pas en accord avec la réaction des autres et que je ressens un manque d’amour pour moi.

 

Et vous, comment vivez- vous votre colère et que créez-vous avec ?

 

A Propos de l’auteur

DelphineM
Je suis la co-fondatrice de De Coeur à Soi. Je suis également thérapeute énergéticienne, formatrice, facilitatrice en communication d’âme et des mondes subtils, mampreneuse, infirmière en stand by, et j’en passe, je suis tout plein de choses qui me font MOI.

Mes passions : le développement personnel, la spiritualité, l’alimentation saine, l’écologie, et surtout profiter de la vie !

Exprimer qui on est et surtout se l’autoriser et important pour moi, c’est pour cela que j’ai co-créé De Coeur à Soi.

Retrouves moi aussi sur http://delphinemeyer.fr/ et sur https://www.facebook.com/joie.a.decouvrir/

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. artemissblog artemissblog dit :

    Tu sais comment je surnomme ma colère dans la fin de mon cycle ? Je l’appelle la Femme Tempête. Quand je sens que ça bouillonne à fond et que tout devient agacement, je me dis « tiens revoilà ma femme tempête! »

    1. Et tu l’as dessiné ta femme colère??? 😉 (Delphine)

  2. isaline dit :

    Méduse!!! Elle est encore là!
    Bon pas de stress si j’envoie bouler tout le monde depuis le stage, ça se confirme, y’a quelque chose à faire dans ce coin là!
    Merci Delphine pour ce partage, il me reste à envoyer plein d’amur et de reconnaissance à ma méduse (heu pardon ma colère?), on va finir par vivre en paix ensemble :)
    <3

    1. Mais oui vous aller vivre en paix ensemble! (Delphine)

Laisser un commentaire