Le contrôle et la maîtrise !

Bonjour les zâmis,

je souhaitais vous faire partager un enseignement que j’ai reçu de mon guide et que je commence à « intégrer »….

Je venais tout juste de finir mon entretien avec mon guide et donc la leçon à intégrer concernant le contrôle et la maîtrise (de soi), que je tombe sur un article, dans ma bal mails…dont le titre est la maîtrise ! Okkkkkkk ! je demande à mon guide, pourquoi ce « petit » rappel ? est ce que je n’aurais pas bien tout saisi ?

Il me dit juste que c’est pour « enfoncer le clou » lol ! (je suis parfois têtue, ok, objectivement : très souvent).

Cet enseignement le voici, je ne sais pas si il résonnera en vous mais au cas ou lol :

On nous apprend depuis tout petit qu’il faut maîriser/contrôler notre mental, nos émotions et notre corps… qu’est ce que cela veut dire en fait ? Regarder nos besoin, nos envies, de loin, de haut (un peu de manière condescendante) mais surtout ne pas aller vers eux/elles et leur prendre la main pour cheminer avec ….

Pourquoi ? parce qu’il est plus facile d’avoir un seul moule que 7 milliards pour façonner le monde à notre image, n’est ce pas ?

Cela commence tout jeune puisque nos parents étaient conditionnés ainsi…(ca s’appelle le travaille à la chaine : tu répètes le même geste pour continuer le travail qui s’est fait en amont par ton collègue)…puis ensuite de manière plus intense à l’école :

– tu as faim à 10 heures ? non ce n’est pas l’heure : ton corps te réclame à manger, tu vas lui répondre qu’il devra attendre la « bonne « heure !

– tu souhaites aller aux toilettes ? nan mais il est pas 10h26et 52 sec quoi !!!! alors tu vas dire à ton corps d’attendre et puis s’il se laisse aller par trop de souffrance dis lui que tu seras punis en prime !

– quoi ? tu as trois ans, même pas et t’es pas capable de rester deux heures sur la même chaise sans bouger…tu verras quand tu seras adulte, ca sera mieux, on te permettra (peut être) de te lever de ton lieu de travail au bout d’une heure pour aller aux toilettes ou voir un collègue !

Rien que d’écrire cela, me bouleverse !

Mais cela va bien plus loin…. je me souviens de cette petite fille qui ne supportait pas la séparation d’avec ses parents le matin à l’école: elle restait accroché à la grille les yeux pleins de larmes : cela a duré plusieurs années… Parfois la directrice venait la chercher, certes très gentiment mais désemparée … et moi impuissante parce que séparée par cette grille qui m’empêchait de la prendre dans mes bras pour lui dire que la sécurité était en elle, j’aurai voulu lui expliquer ce que l’éducation nationale n’enseigne pas dans les livres…. que tout est en elle d’ores et déjà et qu’elle n’est pas séparée de son papa/maman…..

Mais non ce que l’on nous enseigne c’est de surtout bien enfoncer ces sentiments pour les « maîtriser », qu’ils ne ressortent pas ! parce que nous ne sommes pas des faibles ! non !

Se laisser aller, c’est être faible parce que c’est une perte de contrôle….

La question que m’a posé mon Guide bienaimé à la fin du petit « jeux » initiatique qu’il m’a proposé c’est : as tu réellement perdu la « partie » du fait d’avoir lâché prise ? d’avoir « abandonner la partie » ? (Le jeux consistait, entre autre, de déposer les rennes de mon cheval, et d’accepter pendant un petit moment à ne plus rien vouloir/exiger/diriger surtout)….

J’ai accepté de jouer, certes, mais après coup, en étant tout à fait honnête, je me suis aperçue que j’étais frustrée ! parce que c’est moi qui sais, parce que je sais ce qui est le plus mieux, parce que peur de « tomber » du cheval (et surtout qu’il y est personne pour me rattraper au vol mdr)…mais on est tellement conditionné qu’on ne s’en rend compte que si on va faire un examen de conscience minutieux de soi même….

En gros j’acceptais les règles du jeux sans vraiment les accepter et en essayant de tricher (inconsciemment au départ)…., par dépis, pour voir ce que ca fait…. avec mon ego donc, pas avec mon cœur….

Et puis petit à petit, j’ai laissé faire…j’ai stoppé de me rebeller …. avec colère au départ certes ! parfois j’ai du mal à perdre une partie, ca « m’énerve » lol…

Mais la colère ca épuise et ca lasse au bout d’un moment et les larmes aux yeux j’ai dit ok,j’en ai marre, je laisse tomber ! Vous avez gagné ! j’avais tord, vous, raison et voila, !

Et c’est à ce moment qu’il m’a demandé si je sentais vraiment avoir perdu quelque chose…si je me sentais lésée dans cette situation…et la je me suis calmée, j’ai réfléchi quelques minutes pour faire le point de ces derniers jours (oui, c’est un peu comme le Monopoly, les parties peuvent être un peu longues parfois lol)…

En fait, je n’avais rien perdu, tout était juste parfait, le problème venait juste du fait que je m’agrippais à ce contrôle des évènements auquel mon égo s’accrochait comme des abeilles sur le miel pour ne pas le laisser partir ! mais sortie de là… on ne peut pas dire que j’avais souffert de ma vie….au contraire, je me sentais plus légère !

Et donc j’ai répondu à mon Guide que finalement, non je n’avais rien perdu à part mon manque de confiance en Lui…Rien de mal ou même de pire ne m’étais arrivé que si j’avais « gérer moi même »….et que finalement, c’était très agréable de se laisser conduire par un bon chauffeur…parce que plus besoin de planifier un parcours, plus besoin de réfléchir à la route à prendre, du comment du pourquoi etc etc etc…..

Pire même ! j’avais gagné : gagné de la foi en lui, gagné de la confiance en moi, gagné en légèreté … bref….j’ai compris ce que Jésus veut dire : « les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers ».

Et je pense que si nous nous laissions guider par la main, comme des enfants que nous sommes tous restés mais que nous avons oubliés, la vie serait plus douce… Si nous arrêtions de « faire des caprices » et de nous rebeller, nous irions dans le sens du courant et non plus à contre courant (ce qui est avouons le est très pénible). Laissons tomber les vieux habits que l’on nous a mis et que nous avons accepter ! n’acceptons plus ce que nous étions et soyons maintenant ce que nous sommes vraiment. N’ayons pas peur de nous mettre à nu pour revêtir les habits que nous aurons choisis.

Alors tendons notre main et notre cœur à ces Etres qui ne demandent que cela et arrêtons de nous prendre pour Dieu, soyons à la juste place.

Bisous

L.

ps : pendant que j’étais en train de rédiger ce « roman », une soudaine envie de faire pipi !(ouiiiiii j’ai encore des besoins naturels, je suis un être humain ! si si je vous assure !), mais moi, moi MMMoi trop pressée de finir l’article (des fois qu’il s’envole, ou qu’une météorite nous tombe dessus…) je me suis dit que ca pourrait bien attendre ! Et là, la voix de mon guide : « tu me posais la question de savoir pourquoi cet article de rappel dans ta bal ? tu as la réponse » !

Donc pour celles et ceux qui, comme moi, résiste (lol), je vous partage le lien :

le contrôle et la maîtrise

A Propos de l’auteur

lenaelle
Bon Jour à toutes et a tous,

je suis assistante dentaire (dent terre) et étudiante en Médecine traditionelle Chinoise. Mon plus grand plaisir de cette vie est d’éssayer de comprendre ce que je suis sur cette terre afin de venir au mieux en aide aux personnes.
Je remercie Delphine et sa sœur pour l’initiative de ce blog, ainsi que toutes les personnes qui y participent.
Je remercie également l’univers pour toutes les expériences vécues dans cette vie.

patchouli75.wix.com/universdubienetre

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. DelphineM DelphineM dit :

    Merci pour ton partage d’expérience, que je trouve très inspirant et qui me raligne avec mon Moi Profond 😉

  2. lenaelle lenaelle dit :

    De rien Delphine, c’est mon guide qu’il faut remercier !
    Je suis vraiment très chanceuse de l’avoir jour après jour à mes côtés.
    Bisous !

Laisser un commentaire