J’ai expérimenté : arrêter le sucre raffiné

Il y a quelques mois j’ai voulu tenter une expérience : arrêter, ou plutôt réduire très fortement le sucre raffiné.

Je me sentais très fatigué​e et facilement irritable, j’observais que, quand je consommais des produits avec beaucoup de sucre raffiné, cette fatigue et cette irritabilité augmentaient. Quand je consommais par exemple un biscuit industriel après 17h je me sentais impatiente, je ne supportais pas les cris de mes enfants, encore moins que d’habitude, j’étais pressante avec eux.

J’ai donc décidé d’éviter tous les produits contenant du sucre dit rapide, pour vérifier si cela avait bien une influence.

Le sucre raffiné est un sucre transformé qui a très peu d’intérêt nutritionnel, à part apporter un carburant rapide à notre organisme.

Par facilité j’ai donc commencé quand je n’avais pas mes enfants.

Premier constat : Il est difficile de l’arrêter complètement sans se prendre la tête car il y en a partout !

Dans beaucoup de produits transformés il y a du sucre, même salé et même bio (qui n’est en aucun cas gage de l’absence totale d’ingrédients caca beurk.) La seule solution serait de TOUT faire soit même. Si comme moi tu es une maman solo qui travaille toute la journée cela est très très compliqué à mettre en place (attention je ne dis pas que cela est impossible, je cuisine beaucoup mais par exemple dans la crème de soja que j’utilise pour mes quiches et certains gratins, il y a du sucre !)

Deuxième constant : mon placard en est rempli et donc j’en consomme plus que ce que je ne pensais!

J’ai commencé à faire la chasse au sucre, regardant les étiquettes des produits que j’utilisais dans mon quotidien et là tantan, j’en consomme vraiment tout le temps ! De la crème soja aux craquottes sans gluten, en passant par les boissons végétales. Le constat fait même peur. Le sucre a envahi ma cuisine.

J’ai donc choisi de « remplacer » les gâteaux par plus de des fruits, qui contiennent du sucre naturel, des fruits secs (sans sucre ajouté), des graines et d’éviter les produits utilisés dans mes recettes contenant du sucre.

 

 

Premier jour :

Je me rends compte combien  j’en consomme par inadvertance et automatisme : chocolat, biscuits, yaourts, même si j’en consomme peu, Un peu plus + un peu = beaucoup à la fin de la journée !

Je commence déjà à ressentir le manque et une envie de manger des aliments sucrés. Cela ne fait même pas 24 h que j’ai arrêté !

Deuxième jour :

L’envie et l’appel sont de plus en plus intenses. Mon cerveau pense à tous ses aliments que je pourrais consommer et je me rends compte que j’ai beaucoup, mais alors beaucoup d’imagination pour répondre à cet appel. Cela me demande beaucoup d’énergie, d’écoute de moi-même pour éviter de me lever et d’aller manger un morceau de chocolat par automatisme. Je tiens tant bien que mal.

Troisième jour :

Je pars récupérer mes enfants. J’arrive à rester calme avec eux tant qu’ils sont calmes.

Sauf que patratra, à leur première dispute, impossible pour moi ! Je pars manger direct un morceau de chocolat !

Impossible sur les jours suivants de ne pas en consommer, l’énergie que cela me demande est trop importante et me fatigue encore plus, j’arrête donc mon expérience.

 

Constat final :

Le sucre, est comme toute dépendance, difficile à arrêter. Je suis addicte au sucre, totalement droguée.

Le sucre est une vraie drogue se trouvant partout, accessible et légale, s’achetant très facilement.

J’utilise le sucre pour m’apporter de la douceur et compenser mes états émotionnels.

Pour pouvoir arrêter, il faut vraiment être disponible, dans un environnement calme, avec le moins de stress possible, trouver des activités pour détourner son attention, et calmer ses envies, comme le sport ou la méditation.

Donc ce n’est pas gagné !

Au final cette expérience a été utile car j’ai pu faire un point sur ma consommation et mettre des actions en places :

–          J’ai quand même réduit ma consommation de sucre, j’utilisais déjà du sucre non raffiné, meilleur d’un point de vue nutritif, j’en mets très peu dans les pâtisseries que je prépare, je préfère le chocolat noir à 90 % voit 100 % quand j’en trouve.

–          Je me pose la question : là c’est par faim ou par envie que tu veux manger ?

–          Je me dirige plutôt vers les fruits que vers les biscuits/gâteaux.

Et toi, tu as déjà essayé d’arrêter le sucre ?

DelphineM

Je suis la co-fondatrice de De Coeur à Soi. Je suis également thérapeute énergéticienne, formatrice, facilitatrice en communication d’âme et des mondes subtils, mampreneuse, infirmière en stand by, et j’en passe, je suis tout plein de choses qui me font MOI.

Mes passions : le développement personnel, la spiritualité, l’alimentation saine, l’écologie, et surtout profiter de la vie !

Exprimer qui on est et surtout se l’autoriser et important pour moi, c’est pour cela que j’ai co-créé De Coeur à Soi.

Retrouves moi aussi sur http://delphinemeyer.fr/ et sur https://www.facebook.com/joie.a.decouvrir/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *