Quand notre idéal nous dessert…

Dans cet article je vous parle du danger possible lorsque l’on cultive un idéal et que nous nous focalisons tellement à ce propos que le moindre écart est un drame…  (surtout pour le petit Gabin).

Nous avons construit notre identité de parent en nous imprégnant, entre autres :

  • de notre culture et famille
  • de nos connaissances et expériences
  • de notre système de valeurs et nos désirs
  • des recommandations médicales et amicales
  • etc.

Nous avons définit implicitement le rôle auquel nous devons nous conformer et il est régit par différentes règles qui déterminent ce qui est bien et ce qui est mal : « c’est bien de faire dormir son bébé sur le dos », « c’est mal de l’isoler lorsqu’il pleure » par exemple. C’est notre idée du parent idéal, qui à l’avantage de nous mettre un cadre (sécurité-valeurs-besoins) et des limites (ne pas jeter Gabin par la fenêtre ), en suivant ces références plus ou moins conscientes, on s’assure une ligne directrice en matière d’éducation et de parentalité.

Seulement voilà, certaines fois, on idéalise un peu trop notre rôle de parent, on s’attend à faire un tas de choses et que l’enfant « réponde » à ce tas de choses positivement. Et donc, plongez dans notre rôle de parent, on glisse, parfois doucement, parfois brutalement, vers un clash…

Idéal parental

Comment ce clash arrive-t’il ?

  • Il se passe des choses imprévues et on ne trouve pas le comportement adapté pour y répondre.
  • On interagit avec d’autres personnes et nos humeurs, nos décisions peuvent changer.
  • Notre enfant à son propre caractère, ses propres humeurs.
  • Nous n’écoutons pas nos propres besoins.
  • etc.

C’est à ce moment que l’idéal peut nous desservir lourdement si il a pris une place trop importante, si nous nous sommes mis en tête que cet idéal était la seule et unique voie possible et que la moindre dérogation serait la plus grave des erreurs, compromettant lourdement l’avenir de notre enfant, sa santé mentale, sa sécurité,… (+ risque de burn-out parental !)

  •  Juliette n’a pas eu le temps de prendre son bain = « je n’arrive jamais à m’organiser, ma fille est sale et je suis honteux(-se) ».
  • Tristan a fait une crise de colère et ça m’a mis à bout j’ai hurlé sur lui = « je suis le pire des parents, il va m’en vouloir toute sa vie ».
  • Pénélope et Lucien se disputent sans cesse = « j’ai du faire quelque chose de mal pour que ça en arrive là ! »
  • etc.

Lorsque notre idéal nous dessert et devient un juge cruel et sans pitié, cela ne fait qu’augmenter la pression, pression qui ne se retrouve dans aucun étage de la pyramide de Maslow (ni pour nous, ni pour Gabin).

Enfin bon… Nous n’avons qu’une chose à faire : R-E-L-A-T-I-V-I-S-E-R ! (sauf si Gabin est passé par la fenêtre, appelez le 112… )

Allez hop, on ne reste pas sans rien faire après avoir lu cet article, dites moi,

  • Quel est votre idéal parental ?
  • Comment réagissez-vous quand vous vous en écartez? (pour rappel : L’idéal doit servir de guide et non de juge. Il doit vous orienter dans votre parentalité et non vous juger comme « bon ou mauvais »)
  • Ecoutez vos pensées automatiques  et décidez de les modifier si elles sont blessantes, négatives.
  • Chaque soir, prenez le temps de vous remémorez des petites choses qui se sont bien passées dans la journée. (ex: le 112 est arrivé rapidement…)
  • D’autres supers astuces pour renforcer nos ressources positives par ici 

Ah, une dernière chose à ne pas oublier…

Quoique vous fassiez… vous serez toujours le parent idéal pour votre enfant !

A Propos de l’auteur

Carole Bras
Coucou !

Je m’appelle Carole, je suis accompagnante en parentalité, coach de vie et praticienne E.F.T.
Je vous accompagne, dans le respect de vos valeurs, afin de (re)créer un lien authentique avec vos enfants. Mes différentes formations et expériences de vie me permettent d’offrir une jolie mallette d’outils de développement personnel et d’éducation bienveillante pour faire briller les yeux et les cœurs.
C’est avec plaisir que je suis devenue auteure pour « De Coeur à Soi » afin de pouvoir diffuser des trucs & astuces à un plus large public.

Retrouvez moi sur facebook : https://www.facebook.com/maparenthese.coaching/

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Madhu dit :

    Merci pour cet article que je lis alors qu’il m’est difficile de partir de mon village pour… une super école pour mon fils :)
    Belle continuation

    1. Carole Bras Carole Bras dit :

      Avec plaisir Madhu, je pense que vous aviez évoqué le sujet sur un groupe FB et que nous en avions discuté, je vais tenter de retrouver votre post :)
      Belle journée

Laisser un commentaire