Etre un parent bienveillant, ce n’est pas être parfait !

Les neurosciences ont observé les effets néfastes sur le développement du cerveau de l’enfant de certaines méthodes éducatives traditionnelles. Certaines sont regroupées sous le nom de « Violences Educatives Ordinaires » (ou VEO) : menacer, punir, crier, comparer, ordonner, gronder, critiquer… On peut aujourd’hui constater que toutes ces pratiques, pourtant fréquentes, vont déclencher du stress dans le cerveau de l’enfant. Ces recherches montrent aussi que le stress vient bloquer les facultés d’apprentissages… ce qui rend ces méthodes finalement peu efficaces.

De plus, elles vont avoir pour conséquence de provoquer des comportements d’opposition ou de soumission de l’enfant, ainsi que de réduire sa confiance en lui et son estime de lui. On peut d’ailleurs fréquemment observer que certains traits de caractère persistent à l’âge adulte. Enfin, à long terme, les hormones du stress vont également ralentir son développement intellectuel et affectif. Ainsi, ces toutes nouvelles recherches rejoignent les idées de Maria Montessori ou Françoise Dolto, selon lesquelles l’enfant a besoin du même respect et de la même considération qu’un adulte pour se construire correctement. Léandre Bergeron résume cela d’une belle façon en disant que l’on devrait se comporter avec eux comme avec « des invités de marque ».

La plupart d’entre nous a grandi avec ces formes de communication et cette notion de supériorité de l’adulte à qui il faut obéir. Beaucoup me répondraient qu’ils n’en sont pas morts pour autant, que cela leur a appris le respect et qu’ils sont reconnaissants envers leurs parents pour l’éducation qu’ils leur ont donné. C’est bien sûr une heureuse chose si cela n’a pas entravé l’amour qu’ils portent à leurs parents ! Pour certains, ce n’est pas le cas, un sentiment de ressentiment et d’amertume gâchent leurs souvenirs d’enfance. D’autres n’ont aucun souvenir de leurs jeunes années, ce qui peut être un signe de protection de l’inconscient. D’autres encore ont su préserver l’amour et l’unité familiale, mais c’est l’amour d’eux-même qu’ils ont perdu au passage. Ils se retrouvent dans une vie d’adulte où ils se sentent fréquemment abusés, non respectés, ou alors ils ne savent pas ce qu’ils veulent, ni ce qu’ils devraient faire.

On est d’accord, on a tous survécu à cela, et nombreux sont ceux que cela n’empêche pas d’avoir une vie d’adulte épanouie. Cela veut-il pour autant dire que nous devrions faire comme nos parents ? Ce n’est pourtant pas un manque d’amour ni un jugement envers eux que d’élever nos enfants différemmentNos parents (pour la plupart) ont fait de leur mieux, avec ce qu’ils avaient comme informations à leur époque, et en prenant (plus ou moins) en compte l’éducation qu’ils avaient eux-même reçu. Il ne s’agit pas de leur en vouloir pour ce qu’ils ont fait, ou pas fait. Il s’agit plutôt de faire comme eux : faire de notre mieux avec les informations que nous avons aujourd’hui, et en fonction de l’éducation que vous avons reçu.

C’est justement ce que font ces nouveaux parents qui ont décidé de s’engager dans une éducation respectueuse et bienveillante !

Il faut l’avouer, c’est un choix parfois difficile à tenir… surtout quand on a été élevé dans des fonctionnements bien différents. On a beau avoir compris et appris des techniques, leur véritable intégration est souvent plus compliquée. Certaines situations avec nos enfants, nous renvoient à celles que l’on a pu vivre avec nos parents. Ainsi, même quand on sait que l’on n’aide pas nos enfants en leur criant dessus, il y a des sujets qui nous touchent plus que d’autres, et que l’on n’arrive pas à gérer sereinement. C’est la raison pour laquelle je parlais précédemment de faire « en fonction de l’éducation que l’on a reçu ». Car même quand on veut faire différemment, on est immanquablement conditionné par elle.

Et c’est tout à fait normal ! Ne culpabilisons pas de ne pas être ce parent parfait que l’on aimerait être. Certains domaines ou certains âges sont plus faciles d’un parent à l’autre, suivant si ces sujets posaient ou non problèmes dans notre famille d’origine. Mais on a tous des domaines ou des âges qui sont plus éprouvants pour nous.

J’en vis un en ce moment d’ailleurs 😉 Ma fille vient d’avoir 11 ans <3 Je suis si fière de la voir grandir et garder une confiance que j’avais déjà perdu à son âge. En même temps, je ressens une énergie de force et d’opposition qui grandi en elle…  et ceci est éprouvant pour moi. Une autre maman pourrait vivre cela tout à fait sereinement, y voyant simplement les conséquences de son entrée dans l’adolescence. Mais ce n’est pas mon cas. Alors, qu’est-ce-qui conditionne mon ressenti ? Qu’est-ce qui fait que c’est dur pour moi de la voir s’affirmer, s’opposer à moi, critiquer mes choix ou parler vulgairement ? Bref, être une adolescente !

Alors, oui, j’ai la théorie des techniques de communication qu’il faudrait avoir. Mais quand elle s’adresse à moi de cette façon, je me sens paralysée, toute petite, rejetée, puis je me sens prise par la colère et le ressentiment. J’ai envie de crier, de lui demander le respect ou de lui dire d’aller dans sa chambre. C’est tellement instinctif en moi ! Parfois, j’arrive à prendre du recul et à aller m’isoler pour vivre mon émotion, ou encore à lui demander de me laisser seule même si elle insiste pour continuer la discussion. D’autres fois, je m’énerve parce que je n’arrive pas à faire autrement ! C’est alors la culpabilité qui vient me rendre visite… Je suis pourtant convaincue par l’éducation bienveillante depuis qu’ils sont bébés. Alors pourquoi je n’arrive pas à en appliquer les principes dans cette situation ?

Aujourd’hui, je sais une chose précieuse. Je sais que chaque fois que je suis incohérente avec mes envies et mes valeurs, c’est mon enfant intérieur qui me met en alerte. Je passe alors en mode automatique où je reproduis inconsciemment la façon dont mes parents réagissait dans cette situation. Le pire c’est que je n’ai aucun souvenir associé à ce début d’adolescence, et là encore c’est un second indice pour me dire qu’il s’est passé quelque chose pour moi à ce moment là. Quelque chose que je n’ai pas compris ou intégré, et qui reste encore douloureux à l’intérieur de moi, même si je n’en ai pas conscience… J’ai d’ailleurs un gros doute sur le fait que cela ait un lien avec le fait que je ne me suis pas (ou que l’on ne m’a pas) autorisé à m’exprimer et agir ainsi quand j’avais son âge 😉

Je sais aussi aujourd’hui qu’il est important que j’accueille et écoute mon émotion pour m’en libérer, mais aussi pour en libérer ma fille (qui réagit en écho à mon émotion de stress) et en libérer notre relation.

Nos enfants perçoivent ce qui nous touchent et veulent nous aider à ressentir les émotions que l’on refoule, ou que l’on a refoulé. Alors bien sûr, c’est une magnifique chose que de se mettre en quête d’apprendre de nouvelles techniques éducatives plus respectueuses de vos enfants. Mais quand cela ne se passe pas comme vous aimeriez, quand votre enfant ne se comporte pas « correctement » ou quand vous êtes pris par la colère, réjouissez-vous ! Grace à votre enfant, vous allez avoir l’opportunité de mieux vous connaître, d’aller explorer une partie de vous oubliée, de guérir votre passé, mais aussi de développer de nouvelles compétences et connaissances à propos de votre relation parent – enfant.

La conscience de ce qui se passe en vous aidera d’ailleurs votre enfant à mieux vivre cette difficulté. On peut parler avec lui, lui expliquer pourquoi on réagit de cette façon, lui parler avec des mots simples et non jugeant de notre vécu d’enfant, lui dire qu’il n’est pas responsable de nos émotions, et s’excuser pour des paroles ou comportements. C’est aussi un beau cadeau qu’on leur fait de ne pas être parfait. En effet, en nous observant, ils apprennent la responsabilité émotionnelle et la gestion des émotions. On leur montre alors le chemin pour leur future vie d’adulte et de parents.

Nos enfants n’ont pas besoin de parents parfaits, pas plus que nous avons besoin d’enfants parfaits. Nous avons juste besoin d’apprendre à nous comprendre et à nous aimer…  nous aimer en famille et nous aider nous-même  <3 <3 <3

Cliquez ici pour accéder à mon site « S’épanouir en Famille »

A Propos de l’auteur

liz perret
Bonjour :)
Je suis psycho-énergéticienne, spécialisée dans l’accompagnement parental et familial… et surtout la maman de 2 enfants de 11 et 9 ans.
Depuis leur naissance, je me suis passionnée pour le maternage, la parentalité bienveillante, les pédagogies alternatives, les médecines naturelles, l’alimentation saine, les cosmétique fait maison, l’éducation populaire, l’écoute active, la psychologie positive, les soins énergétiques, la féminité au sens large… Curieuse par nature, j’adore apprendre et partager mes passions :)

Laisser un commentaire