Elever mes enfants à ma sauce

Bonjour à tous!

Vous savez que j’aime bien cuisiner, j’adapte des recettes de cuisine à ma sauce, un peu moins de sucre, de la fécule… et bien avec mes enfants, c’est la même chose. J’avais envie de partager avec vous quelques uns des ingrédients que j’utilise  😉 

Arroser les petites graines

arugula-762557_640

Pour moi le terme éduquer est très violent, mes enfants ne sont pas des chiens (d’ailleurs je les considère plus comme des enfants de la Terre, de l’Univers qui m’ont choisi pour les accompagner).

Comme définition d’éduquer vous retrouvez :

  • Former quelqu’un en développant et en épanouissant sa personnalité.
  • Développer une aptitude par des exercices appropriés : Éduquer la volonté.
  • Développer chez quelqu’un, un groupe, certaines aptitudes, certaines connaissances, une forme de culture : Éduquer le téléspectateur par des émissions scientifiques.
  • Faire acquérir à quelqu’un les usages de la société : Où t’a-t-on éduqué pour parler de cette façon ?

(Source www.larousse.fr)

Pour moi éduquer = je te dis comment faire (ça ne te convient pas??? Et bien tanpis)

Le mot qui me convient le mieux c’est ACCOMPAGNEMENT. Je les accompagne dans la vie, je les guide dans cette société avec ses codes particuliers, je leur partage mes valeurs, je les aide à rester EUX (le plus dur). Je ne les élève pas, je les aide à s’élever. Vous savez comme une graine, je l’arrose mais au final c’est la graine qui pousse toute seule.

Alors vous pouvez penser surement : oui mais les laisser faire ce qu’ils veulent…. Tatata. Je ne les laisse pas faire ce qu’ils veulent.  Je leur parle de mes limites, de mes besoins pour qu’ils puissent connaître les leurs. Je me respecte en premier pour pouvoir les respecter et leur apprendre cette valeur.

Lacher les conditionnements de société et ceux de ma famille

Oui MES besoins, MES limites, pas ceux que la société a dicté comme étant Juste, comme étant celles à appliquer.

Petit annecdote : quand mon premier avait 3 mois, on pensait qu’il fallait qu’il dorme à 20h, alors nous l’avons couché à 20h…. voilà le résultat :

Je te dis que je ne dormirais paaaaassss!!!!

On a compris qu’écouter son rythme était plus approprié.

Donc maintenant il y a une heure approximative pour être dans sa chambre, prêt pour dormir, et laisser aussi le temps aux adultes de se retrouver car c’est important pour nous, « l’heure des adultes » pour qu’il comprennent ;-). Mon deuxième qui a 2 ans et demi navigue entre sa chambre et le salon, le plus grand qui a 6 ans et demi lit dans sa chambre.

J’ai fait le point sur mes limites, mes besoins, ce qui était Ok pour moi et ce qui ne l’était pas, bref j’ai fait ma sauce pour leur proposer.

Si mon deuxième n’a pas faim et bien je lui laisse son assiette et il mange plus tard.

Ecouter leurs besoins

J’ai parlé des miens, maintenant c’est aussi écouter les leurs. Car ils sont comme nous, ils sont des besoins, des envies. Je ne réponds pas à tous leurs besoins, ni leurs envies mais je les accueille et les prend en compte.

  • « Oui tu veux un calendrier de l’avant avec des chocolat mais moi je ne peux pas acheter ça,
  • pourquoi maman?
  • parce que déjà il y a plein de produits chimique dans le chocolat qui n’est pas bon pour ton corps et en plus c’est surement des enfants dans d’autres pays qui l’ont fabriquer,
  • je savais pas ça….
  • mais tu peux choisir des jours, dans le calendrier de l’avent que l’on a fabriqué et manger du chocolat! »

« Maman n’est pas disponibles tout de suite pour un câlin, mais dès que j’ai fini ça, je t’en fait un ».

J’essai de prendre du temps avec eux, des jeux, des fois 5 min, un calin, un petit massage. Je leur accorde de l’attention, pas juste : « ah ouii il est beau ton dessin », le dessin je le regarde : ohhh du bleu, là tu as lis un trait, un point.

Un besoin nourrit permet d’accéder au suivant.

pyramide_maslow

source : http://semioscope.free.fr/article.php3?id_article=8

Nos enfants sont des êtres à part entière.

Ce n’est pas parce qu’ils sont plus jeunes que moi, qu’ils n’ont pas le droit au même respect que moi. Je leur explique comme j’expliquerai à un adulte (quand ils pourront lire tout seul, je les renverrai avec plaisir vers Wikipédia). Je ne les rabaisse pas dans mes paroles. Je les considère d’égal à égal, seul les acquisitions nous différencient. Ils savant faire des choses que je ne sais pas faire, et vice versa. Je leur apprend, ils m’apprennent.

Je les laisse s’exprimer en les guidant : « ok tu as le droit d’être en colère mais tu n’as pas le droit de ma taper ». Comme je le ferai avec un adulte.

J’essai de limiter les violences. Je ne donne pas de fessées, j’estime que la fessée est juste un défouloir pour adulte. Et taper quelqu’un de plus petit??? Quand un homme frappe une femme, ou un homme frappe un autre homme, la personne qui a été VIOLENTE porte plainte. Mais nous acceptons cela sur les enfants, juste parce que je suis en colère? Et si mon voisin venait me mettre un tarte parce que j’ai empiété sur sa place de parking? J’ai tapé mes enfants par pur réflexe, quand il me faisait mal (sans faire exprès) et là je me suis rendu compte combien cette violence était ancrée en moi.

Pas de fessées ou de menaces de fessées, pas de paroles rabaissantes, pas d’humiliation.

Quand il y a un « problème » je les prend à part, je ne règle pas mes comptes avec eux devant tout le monde.

La question que je me pose : comme aimerais-tu être considéré?

 

Accepter de ne pas être parfaite

Cela a été le travail le plus dur pour moi. Je crie, souvent, des fois je punie, en sachant très bien que cela ne sert à rien. 

Mais j’ai fini par accepter que c’est comme ça, quand je suis fatiguée, je n’ai pas les ressources nécessaires pour faire autrement. Mais après je leur demande pardon et je leur explique. Certes facile vous allez dire… Oui facile et la facilité ça fait du bien! Quand on me fait mal ou qu’on me parle de façon agressive j’aime qu’on me demande pardon. Nous sommes JUSTE humain. Et c’est aussi leur apprendre à dire pardon. Je suis l’exemple pour eux.

A regarder à partir de 42’10

Être la mère que j’ai envie d’être.

Je me suis rendue compte, en travaillant sur moi et ma relation avec mes enfants, que je reproduisais beaucoup les schémas de ma mère, qui elle même a reproduit ceux de sa mère…vous imaginez bien que l’on peut remonter loin.

C’est un looonnng travail, et je ne sais pas si un jour il y aura une fin, vu que j’évolue en même temps qu’eux. J’apprend à me connaitre grâce à eux. Je fais le tri. Comme je le marquais plus haut : là c’est ok pour moi, là non.

Cela veut dire rester centré sur soi, sur son coeur.

Maman calme… my dream

 

Qu’est ce que je veux nourrir chez eux?

 

Quand vous repensez à votre enfance, que vous rappelez-vous?

Moi je me rappelle les cabanes dans les arbres, ou dans les cartons, les jeux avec ma cousine et ma soeur. La cuisine avec ma grand-mère (tient donc), les soirées à regarder la télé avec mon grand-père, le placard à gâteau, les noels dansant sur la compagnies créoles avec mon autre grand-mère, bref la joie. Et c’est ça que j’a aussi envie de nourrir chez eux : la joie.

Pour cela je leur fait CONFIANCE. Car seul eux savent ce qui les mets en joie!

« Faire une cabane sur le canapé, ok mais après vous rangez ».

« Attention bataille de guilis »

Mais comme vous le savez nous avons d’autres émotions, et leur parler des miennes : là je suis TRES en COLERE (avec la fumée qui sort des oreilles).

Quand tu fais cela, ça me fait peur et c’est pour ça que j’ai crié.

Et mes enfants savent dire : là je suis TRES en COLERE (avec fumée qui sort des oreilles) ou maman j’ai peur!

 

Me reconnecter à mon enfant intérieur

Mes enfants, me font rappeler que moi aussi, j’ai été une enfant. Ils me font me rappeler que ma petite fille intérieur est là, avec ses blessures. Et en me les montrant, il m’aide à les guérir.

Me reconnecter à cette enfant m’a permis de me rappeler ce qu’était l’émerveillement, l’innocence, le ouaw, et le youpi tralala, la magie de la vie (en langage des oiseaux : la magie = l’âme agit).

 

Se faire aider.

Attention, ce n’est pas la petite maison dans la prairie ou le monde merveilleux des bisounours à la maison, il y a des tensions, ils sont fatigués, moi aussi, ça explose! Des fois je stresse d’arriver en retard à l’école et je m’énerve, je leur met la pression. Des fois j’ai envie qu’il mange son p***in de repas.

Je pleure, beaucoup, mais moins qu’avant, et souvent j’ai un beau dessin ou un gros calin.

J’ai beaucoup lu, partager sur un forum car des fois j’étais démunie, perdue, je ne savais pas ce que je devais faire! Je faisais des actes (et je les fais toujours) qui sont le contraire que ce que je souhaite!

Car être parent, quoi qu’on puisse dire, pour moi ça s’apprend, surtout quand on choisi comme moi d’être la mère que j’ai envie d’être.

 

Quelques ressources

Livres :

– « Au coeur des émotions de l’enfant » d’Isabelle Filliozat, je vous en ai déjà parlé ici

– « J’ai tout essayé » d »Isabelle Filliozat

– « Jouer autrement » de Catherine Dumonteil-Kremer

« Elever nos enfants avec bienveillances » de Marshall B. Rosenberg

« Parents efficaces » de Thomas Gordon.

Site : 

L’arbre à bébé est un site fabuleux dédié à l’accompagnement respectueux de l’enfant, à l’allaitement, au portage, à la naissance respectée. Son forum est très actif et y partager dessus m’a beaucoup aidé quand je rencontrais de grosses difficultés.

Vidéo : 

En plus des vidéos que vous trouverez tout le long de l’article, je vous propose une vibraconférence sur l’éducation libre, qui m’a permis de trouver certaines ressources : lien ici.

 

 

A Propos de l’auteur

DelphineM
Je suis la co-fondatrice de De Coeur à Soi. Je suis également thérapeute énergéticienne, formatrice, facilitatrice en communication d’âme et des mondes subtils, mampreneuse, infirmière en stand by, et j’en passe, je suis tout plein de choses qui me font MOI.

Mes passions : le développement personnel, la spiritualité, l’alimentation saine, l’écologie, et surtout profiter de la vie !

Exprimer qui on est et surtout se l’autoriser et important pour moi, c’est pour cela que j’ai co-créé De Coeur à Soi.

Retrouves moi aussi sur http://delphinemeyer.fr/ et sur https://www.facebook.com/joie.a.decouvrir/

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Joy dit :

    wahouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu quel magnifique article !!!!!!! Tu as tout lâché, exprimé, bravoooooooooooooo et merci d’être authentique et de me questionner sur la maman que je voudrais être à mon tour 😉 ♥♥♥

    1. Delphine Delphine dit :

      merci!!!! Oui ça m’a fait du bien, ça m’a recentré et mais aussi aidé à accepter mes côtés obscurs ;-).
      Oui je crie et flute crotte de zut! Y a pas que ça, y a autre chose a côté. 😉

  2. Elodie dit :

    Bonjour Delphine j’aime beaucoups ta facon d’on tu exprime ton ressentir, et la façon dont tu vois les choses concernat l’éducation des enfants ! je te remercie pour ce partage .

  3. DelphineM DelphineM dit :

    Merci Elodie!

Laisser un commentaire